Pollution des maisons, un danger quotidien

Interieur-Maison-HarasSavez-vous que de nombreux polluants s’invitent insidieusement dans nos foyers ? Tabac, peinture, solvants, chauffages et même certains composants présents dans les cosmétiques s’avèrent responsables de gêne respiratoire, migraines, allergies voire intoxications dans certains cas. Et si nous faisions le tour du propriétaire ?

L’hiver est propice à la propagation des polluants, car la fraîcheur nous incite à aérer moins souvent et moins longtemps. Nous nous imaginons alors qu’une simple ventilation peut remplacer l’air extérieur. Erreur, car il s’agit ici de renouveler l’air de nos foyers et non….de le brasser ! En outre, il est essentiel d’éliminer les polluants à la source, car l’aération, bien qu’efficace, dilue uniquement ces derniers sans les éradiquer.

 

A savoir : les polluants extérieurs et intérieurs ne sont pas les mêmes. Certains sont présents à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, mais dans des concentrations différentes. On peut ainsi observer, pour certains polluants, une concentration 15 fois plus importante à l’intérieur qu’à l’extérieur !

Quels sont les principaux polluants ?

Le tabac

Le tabac représente le premier polluant présent dans les logements. Il sévit sur les fumeurs mais surtout…sur les non-fumeurs. Il faut savoir que 5000 personnes décèdent chaque année du tabagisme passif. Fumer chez soi s’avère alors dangereux pour tous les habitants du foyer, car même en ouvrant les fenêtres, les composants de la fumée stagnent dans l’air ambiant, absorbés en outre par les rideaux, tissus et moquettes. Evitez de fumer à l’intérieur de votre maison et quoiqu’il en soit, aérez les pièces.

 

ATTENTION AUX ENFANTS !

Si vous avez des enfants en bas âge, ne les laissez jamais seuls et surveillez-les toujours lorsque la fenêtre est ouverte ou si la pièce donne sur un balcon. Ne laissez pas d’objets ou de meubles sur lesquels un enfant pourrait grimper pour accéder à la fenêtre. La pose d’entrebâilleurs aux fenêtres et aux portes permet d’aérer en sécurité. Toutefois, une surveillance permanente des enfants reste nécessaire !

Le radon

Ce gaz d’origine naturelle, inodore et radioactif, provoque chaque année en France entre 1 200 et 2 900 décès par cancer du poumon. Provenant des sous-sols, le radon s’infiltre dans les habitations par le sol et s’accumule dans les espaces fermés, de façon inégale (en fonction de l’étanchéité du sol, de la ventilation du bâtiment, de la proximité de la source d’émission, etc). Les plus fortes concentrations s’observent en Auvergne, Limousin, Franche-Comté, Corse ou encore en Bretagne. 31 départements sont classés à risque !

Si vous habitez dans un département à risque, vous pouvez mesurer vous-même la présence de radon à l’aide d’un dosimètre (25 e environ ; la liste des fournisseurs est disponible auprès de votre DDASS). En-dessous de 400 Bq/m3 *, la principale solution est l’aération.  En cas de mesure entre 400 Bq/m3 et 1 000 Bq/m3 , il est nécessaire d’entreprendre des travaux simples pour améliorer la ventilation et éviter que le gaz n’entre dans le logement (colmater les fissures sur le sol et les murs).

En cas de mesure supérieure à 1 000 Bq/m3 , des travaux plus importants doivent être entrepris, avec l’aide d’un professionnel du bâtiment.

Le Monoxyde de carbone

Gaz inodore, invisible, non irritant, toxique et mortel, le monoxyde de carbone résulte d’une combustion incomplète due au manque d’oxygène au sein d’un appareil utilisant une énergie combustible (bois, charbon, gaz, essence, fuel ou éthanol). Il agit comme un gaz asphyxiant et prend la place de l’oxygène dans le sang. Il provoque maux de têtes, nausées, fatigue (à faible dose), et dans les cas les plus graves le coma voire le décès. Chaque année, en France, près de 5 000 personnes sont victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone et une centaine de personnes en meurent.

D’où vient ce gaz ?

  • Mauvais entretien des appareils de chauffage et de production d’eau chaude.
  • Mauvaise ventilation ou aération du logement, surtout dans la pièce où est installé l’appareil à combustion.
  • Mauvaise évacuation des produits de la combustion via les conduits.
  • Mauvaise utilisation de certains appareils (chauffages d’appoint mobiles utilisés sur de longues durées, braseros utilisés comme mode de chauffage, groupes électrogènes placés à l’intérieur…).

Le dioxyde de souffre 

Le souffre provient de la combustion du charbon et du fioul. On le trouve dans des pièces équipées de chauffage à charbon et mazout.

Le monoxyde d’azote et le dioxyde d’azoimage_previewte

Gaz toxique résultant d’un chauffage mal entretenu, le Monoxyde d’azote provoque chaque année 200 morts ! Ces  deux gaz sont émis par les cuisinières à gaz, les veilleuses des chauffe-eau, les poêles à gaz, les cheminées à foyer, les  radiateurs et la fumée de tabac.

On les retrouve dans les cuisines, garages, salles à manger et chambres. L’intoxication  chronique à faible dose provoque fatigue, vertiges, maux de tête.

Les principales victimes sont les personnes âgées, les  enfants et les personnes présentant des problèmes respiratoires et cardiaques. Il est essentiel de vérifier régulièrement  les équipements et de bien aérer les pièces au quotidien.

 

 

Que faire concernant ces gaz ?

  • Respectez les consignes d’utilisation indiquées dans le mode d’emploi des appareils (chaudière, chauffe-eau, gazinières…).
  • Chaque année, faites vérifier vos appareils par un professionnel qualifié et faites ramoner mécaniquement les conduits de fumée et de cheminée.
  • Aérez régulièrement votre logement et ne bouchez jamais les entrées et sorties d’air.
  • N’utilisez jamais en continu des appareils de chauffage d’appoint mobiles. Ils sont conçus pour une utilisation brève.
  • Si vous devez utiliser un groupe électrogène, ne le placez jamais à l’intérieur du logement, même dans la cave ou le garage.
  • En cas d’intempéries, de grands froids ou de coupure d’électricité, soyez particulièrement vigilant car pour chauffer votre logement, vous pouvez être tenté d’utiliser des chauffages d’appoint en continu ou de placer les groupes électrogènes à l’intérieur, ce qui peut provoquer des intoxications au monoxyde de carbone. 

Les produits de bricolage

Peintures, colles, solvants, vernis, vitrifiants, cires, décapants, diluants, laques…) et certains matériaux de construction (laines de verre, de roche, de laitier utilisées pour l’isolation thermique) peuvent dégager des éléments toxiques pendant et après les travaux. En outre, les activités de bricolage sur des matériaux contenant de l’amiante (dalles de sol, plafonds, etc.) ou du plomb (principalement les peintures) sont susceptibles de libérer ces éléments dans l’air.

Si vous bricolez ou faites des travaux chez vous, vous pouvez être amenés à utiliser de nombreux produits chimiques. Quant au plomb et à l’amiante, un diagnostic peut être réalisé par un professionnel. Ces diagnostics sont obligatoires lors de l’achat d’un logement (à la charge du vendeur) et permettent de constater la présence d’amiante dans les matériaux et de plomb dans les peintures.

Conseils

  • Sortez régulièrement de la pièce en travaux pour faire des pauses.
  • Aérez pendant toute la durée des travaux et plusieurs semaines après.
  • Si certaines étapes peuvent se dérouler à l’extérieur, n’hésitez pas à sortir !
  • Portez des protections adaptées (masque, gants, lunettes) lorsque vous manipulez des produits chimiques ou lorsque vous poncez
  • Refermez les récipients pour éviter qu’ils ne s’évaporent et rangez-les toujours hors de portée des enfants, dans un endroit aéré.
  • Lors de la manipulation de laines de verre, de roche, de laitier, réduisez les émissions de fibres en travaillant «à l’humide» s’il n’y a pas de risque électrique.
  • Après les travaux, nettoyer la pièce avec de l’eau additionnée de détergent.
  • Passer l’aspirateur régulièrement pour éliminer les poussières pendant et à la fin de votre travail.
  • Evitez tout contact avec l’amiante (présente si la date du permis de construire de la maison est antérieure au 1er juillet 1997) et le plomb (logement antérieur à 1949) et dans l’idéal, faite appel à un professionnel ! Ne laissez pas jouer vos enfants sur le lieux des travaux car ils peuvent respirer voire ingérer, pour les plus jeunes, de la poussière de plomb.

Les meubles

Certains meubles (en bois aggloméré notamment) dégagent des substances chimiques pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines après l’ouverture de l’emballage !  N’oubliez pas d’aérer en ouvrant les fenêtres, surtout les premiers jours suivant l’installation d’un nouveau meuble.

Les produits de la maison 124116sat_93_09_02_0002

Ces derniers peuvent s’avérer très allergisants ou dangereux pour la santé (brûlure, allergies, intoxication, gêne respiratoire). Choisissez des produits les plus naturels possibles ou utilisez des astuces de grand mère ! En outre, une petite quantité suffit. Evitez les parfums d’intérieur, composés d’agents de synthèse, les bâtons d’encens, les bougies parfumées, les sprays qui contiennent des substances chimiques nocives. Ne mélangez pas les produits entre eux, surtout l’eau de Javel ! Méfiez-vous de l’accumulation de cosmétiques et sprays pour les cheveux (laque !). Optez pour des produits de beauté les plus naturels possibles et méfiez-vous des attraits séduisants du marketing.

lux_produits

Les acariens

Limitez les tapis, moquettes et tentures, véritables nids douillets pour ces fléaux microscopiques. Eliminez régulièrement les poussières (sol,tissus d’ameublement…) en passant l’aspirateur et changez régulièrement les sacs d’aspirateur. Les aspirateurs équipés de filtres HEPA (Haute Efficacité pour les Particules Aériennes) sont les plus efficaces pour retenir les poussières. Nettoyez fréquemment les draps, couettes, oreillers et aérez régulièrement la literie. Veillez à ne pas laisser les animaux déambuler dans les chambres. Prenez soin de l’hygiène de vos chiens et chats (poils), en les lavant (si possible) et en les protégeant des puces et des tiques. Lavez régulièrement leurs coussins et couvertures.

 

Les produits de jardinage pour les plantes d’intérieur

Si possible, traitez vos plantes d’intérieur à l’extérieur. Cela évitera que les pesticides ne se répandent dans la maison. Si vous ne pouvez pas les sortir, ouvrez largement les fenêtres pendant le traitement et quelques heures après.

Humidité et moisissures

L’humidité excessive dans les logements provoque l’apparition de moisissures qui présentent un risque allergène et toxique. Elles apparaissent sur les murs, sols ou plafonds sous forme de tâches vertes ou noirâtres.

D’où vient l’humidité ?

  • Des dégâts des eaux, infiltrations d’eau et remontées d’humidité par le sol.
  • Des « ponts thermiques » qui peuvent se former dans les pièces.
  • De certaines activités produisant beaucoup d’humidité : douche ou bain, cuisine, séchage du linge à l’intérieur.

Que faire dans ce cas ?

  • Recherchez la source de l’humidité : dégâts des eaux, infiltrations, ponts thermiques (zones de fortes déperditions thermiques où l’humidité peut se condenser)
  • Nettoyer avec une éponge imbibée d’eau de javel, puis laissez agir 24h. Lessivez ensuite la surface pour éliminer les moisissures
  • Après une douche ou un bain, pendant ou après avoir cuisiné, pendant le séchage du linge, veillez à aérer beaucoup plus largement les pièces en ouvrant les fenêtres.
  • Quand vous cuisinez, pensez à mettre un couvercle sur les casseroles ou activez la hotte aspirante.
  • Etendez le linge à l’extérieur si possible ou dans une pièce bien ventilée, que vous pouvez aérer facilement

Attention également à votre isolation : évitez d’isoler uniquement des petites surfaces car l’isolation d’un logement se conçoit dans sa globalité. En effet, si vous posez des fenêtres très isolantes sans considérer le logement dans son ensemble, cela peut favoriser l’apparition de ce que l’on appelle des « ponts thermiques ». Le froid ne peut plus passer par les fenêtres, il trouve alors d’autres chemins comme l’arête des murs pour s’évacuer. L’humidité s’accumule alors à cet endroit, provoquant le développement de moisissures et le pourrissement des matériaux de construction.

Des aides financières peuvent vous être accordées par l’ANAH  si vous souhaitez réaliser des travaux d’isolation. Si vous observez des infiltrations ou des remontées d’humidité par le sol, mieux vaut faire appel à professionnel du bâtiment qui pourra vous conseiller sur les travaux à entreprendre pour régler ce problème, qu’il faudra régler rapidement pour éviter toute aggravation. Si vous avez des moisissures, recherchez-en en premier lieu la cause. Puis, nettoyez-les avec une éponge imbibée d’eau de javel et laissez agir 24h. Lessivez ensuite la surface pour supprimer les moisissures.

CONSEILS GENERAUX

  • Aérer régulièrement au minimum 30 minutes à toutes les saisons de l’année, hiver comme été.
  • Utiliser des peintures à faible teneur en COV
  • Préférer le bois naturel au bois aggloméré
  • Changer ses habitudes et éviter d’acheter trop de produits
  • Porter un masque et des gants jetables si vous effectuez des travaux
  • Entretenir les appareils à combustion
  • Vérifier les tuyaux de raccord
  • Nettoyer les grilles et les bouches d’aération une fois par an
  • Ramoner les conduits de cheminées une fois par an.
  • Vérifier le taux d’Hygrométrie : une humidité élevée aggrave la concentration des polluants ; Le taux se situe, selon les médecins, entre 40 et 60%, et plutôt entre 45 et 55% pour les personnes de santé fragile. La fourchette 45-65% est également tout à fait acceptable.

 

Source web

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

  • Google+